Le Schnepfenried et les hauteurs

Nous avions rarement randonné sur les crêtes de la plus belle vallée du monde en octobre, eh bien voilà c’est fait ! Et la météo nous a particulièrement gâtés, avec un soleil d’automne et parfois un petit vent frais. Franchement, une pause déjeuner et une sieste dans l’herbe face au Markstein, à cette époque, ce n’est pas (encore) courant !

Même les vaches l’ont compris puisqu’après la transhumance, certaines sont restées sur les hauteurs. Des réfractaires à leur manière…

Gainsbourg l’a chantée, nous nous l’avons admirée : la Ford Mustang. Cela au gré des fermes-auberges, nombreuses dans le secteur. Difficile de réaliser qu’un an et-demie plutôt, nous avions effectué un parcours presque identique à raquettes, avec un froid à ne pas mettre un alsarandonneur dehors !

La guerre de 14-18 dont on célèbre le centenaire de la fin, a laissé par ici d’énormes cratères d’obus toujours visibles, et un tout nouveau mémorial datant de septembre 2018, remplaçant l’ancien cimetière franco-américain, dont une phrase donne à méditer, à découvrir en photo…