Autour de Fort-Louis

Allo, l’hôpital psychiatrique ? Oui c’est Monsieur Lunette, à Fort-Louis. Alors écoutez, je vous appelle parce qu’il y a là un groupe de fous… si, si, ici chez nous, des fous. Pourquoi fous ? Je les ai vus marcher sur la digue en plein vent et sous une pluie battante. Si, docteur, je vous assure, et ça n’avait même pas l’air de les déranger, ils admiraient béatement les péniches sur le Rhin ! Vous vous rendez compte ? Mais ce n’est pas tout, docteur ! Voilà qu’à la pause midi à Neuhaeusel, ils auraient pu choisir le confortable restaurant, mais non, je vous les vois pas entassés dans un abribus, gamelles à la main ?

Allez vite les arrêter parce qu’ensuite, je les ai vus s’extasier sur des cygnes et des chevaux, tout contents de sécher parce que la pluie s’était arrêtée ! Ils prétendaient être heureux de prendre l’air.. l’air, tu parles docteur, l’eau, oui !

Ils auraient pu revenir directement au parking mais non, des fous je vous dis, des fous, ils ont contourné le Fort-Carré dans la boue pour y entrer et le comparer à un stade de football fermé. Et Vauban dans tout ça hein ? On en fait quoi de Vauban ? Aujourd’hui docteur, j’ai vu des fous !

Pardon ? Vous dites ? Alsa… quoi ? Alsarando ? Ah vous êtes habitués, ça correspond assez à leurs habitudes ?… Surtout ne pas les approcher, ils risqueraient de me dire bonjour ? Bon ben je retourne à ma sieste, au-revoir docteur.